Les anges, les églises et la Messe

 

 

C'est surtout dans les églises que se trouvent des multitudes d'Anges qui adorent amoureusement Dieu dans les transports de joie et les ravissements. C'est le même Dieu qu'ils adorent au Ciel. Nous devrions penser à cela lorsque nous sommes dans une église ; cela nous serait une source de grande consolation. Nous devrions joindre nos prières à celles de ces Anges, car Dieu entendra alors nos supplications avec bien plus de miséricorde et d'amour. Nos prières, fréquemment si froides, deviennent bien plus efficaces lorsqu'elles accompagnent celles des Anges.


 Le Christ en Gloire entouré de bons anges

Manfredino da Pistoia,1280, Pistoia,Italie

LES ANGES ET LA MESSE



Des multitudes d'Anges assistent à toutes les Messes.


St Grégoire : « Les Cieux s'ouvrent et une multitude d'anges viennent assister au saint Sacrifice. »


St Augustin : « Les anges entourent et aident le prêtre lorsqu'il célèbre la Messe. »


St Jean Chrysostome : « Lorsque la Messe est célébrée, le sanctuaire est rempli d'une infinité d'Anges qui adorent la divine Victime immolée sur l'autel. »


L'efficacité de la Messe est si merveilleuse, la miséricorde et la générosité de Dieu sont tellement illimitées qu'il n'y a pas de moment plus propice pour demander des faveurs que lorsque Jésus prend corps sur l'autel. Ce que nous demandons alors, nous sommes presque certains de le recevoir, et ce que nous ne recevons pas dans la Messe, nous pouvons à peine espérer le recevoir par toute autre prière ou pénitence, ou des pèlerinages. Les Anges le savent fort bien et ils viennent en multitude adorer Dieu et présenter leurs pétitions en cette heure de miséricorde.
Quel exemple à suivre !
Nous lisons dans les révélations de Ste Brigitte
« Un jour que j'assistais au Saint Sacrifice de la Messe, j'ai vu un nombre immense de saints Anges descendre et se rassembler autour de l'autel, en contemplant le prêtre. Ils chantaient des cantiques célestes qui ravissaient mon cœur ; le Ciel lui-même semblait contempler le grand Sacrifice. Et pourtant, pauvres et misérables créatures que nous sommes, nous assistons à la Messe avec si peu d'amour, de ravissement et de respect ! »

Oh, si Dieu voulait nous ouvrir les yeux, que de merveilles ne verrions-nous pas !
Lorsque le bienheureux Henri Suso, le saint dominicain, disait la Messe, les Anges se rassemblaient en formes visibles autour de l'autel et certains s'approchaient de lui dans des ravissements d'amour.
C'est cela qui se produit à chaque Messe, même si nous ne le voyons pas. Les catholiques pensent-ils parfois à cette extraordinaire vérité ? À la Messe, ils prient en compagnie de milliers d'Anges du Seigneur.

Messe Miraculeuse, Simone Martini 1312


 

COMMENT HONORER LES ANGES À LA MESSE

 



Au commencement de la Messe
, rappelons-nous ce que les Saints nous disent : qu'une multitude d'Anges assistent au saint Sacrifice.
Nous sommes au milieu des Anges qui nous voient et notent chacun de nos mouvements. Ils désirent nous aider et offrir nos prières à Dieu si nous sommes dévots. Mais ils sont offensés si nous nous montrons négligents et distraits.
Quelle joie pour nous de sentir que nous sommes en la sainte compagnie de ces grands Anges !

Au Confiteor, c'est en présence de toute la cour céleste et devant le Prince de la milice angélique, l'Archange Michel, que les fidèles s'accusent de leurs fautes.

Au Gloria in Excelsis
, joignons nos voix à celles du prêtre et des Anges. C'est le glorieux cantique qu'ils ont chanté la première nuit de Noël lorsque Jésus est né. Jésus né de nouveau à la Messe et les esprits célestes se joignent au prêtre pour chanter ce même cantique. C'est une merveilleuse prière d’adoration et une louange d'amour. Nous devons prêter attention à chacune de ses paroles.

La bénédiction de l'encens, aux messes solennelles, se fait par l'intercession du bienheureux Archange Michel, debout à la droite de l'autel de l'encens.

À la Préface, nous joignons nos voix à celles des Séraphins et des Chérubins et de tous les neuf chœurs des Anges qui chantent avec une ineffable joie « Sanctus, Sanctus, Sanctus... » Notre-Seigneur a prié Ste Gertrude d'accorder une attention toute spéciale à la Préface et de se joindre aux Anges qui le louent.



 

 

La Messe de Saint Martin Maitre Hongrois inconnu, 1490

 

À l'Élévation, les Anges tombent à genoux et adorent Dieu tout comme ils l'adorent dans le Ciel. Il est le même Dieu, omnipotent, infini, éternel. Comme nous demeurons froids ! Nous pouvons transformer cette froideur et cette indifférence en une ferveur brûlante si nous joignons notre adoration à celle des Anges.
Ste Thérèse apparut à une de ses religieuses après sa mort et lui dit : « Vous devriez adorer Dieu à l'autel tout comme nous l'adorons au Ciel, car il est le même Dieu. »

À la Communion, lorsque le prêtre tient l'Hostie sacrée entre ses mains et la distribue au peuple, les Anges l'entourent et contemplent avec ravissement ce Miracle des miracles, Dieu qui entre avec un tel amour dans l'âme de ses créatures. Ils contemplent Dieu dans un bonheur indicible, mais Dieu n'entre jamais en eux, il ne s'unit jamais à eux comme il le fait pour nous dans la Communion. Si nous pouvions voir ces Anges en adoration qui entourent le prêtre, nos Communions ne seraient pas aussi tièdes et aussi froides.
Demandons au moins aux Anges de nous aider à recevoir notre Dieu avec ferveur et avec un amour brûlant.

A la fin de la messe basse, on récite la prière de Leon XIII à l'archange Saint Michel, pour le supplier de repousser en enfer, Satan et les autres esprit mauvais.

D'après R.P. Paul O' Sullivan O.P.

 

Messe d'un premier communiant

 

 

Vive la messe de toujours !